Accueil

Médias

Sociétés et communiqués

Cinéma

Article précédent

Article suivant


L’euro à 1,04 dollar : c’est Noël ou presque…( Marc Touati)

Marc TouatiL’économiste Marc Touati sur le site d’actu médias www.lemediascope.fr  » L’euro à 1,04 dollar : c’est Noël ou presque… »

LE MEDIASCOPE |LOGO © www.lemediascope.fr 23.12.2016 • Mis à jour le 23.12.2016 / publié par Elodie Gazan

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l’utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d’audiences et vous proposer une navigation optimisée, des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts ainsi que la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux.

Abonnez vous à partir de 1 €
Réagir
Ajouter
Archives
Suivez-nous

Google+ Instagram Facebook Twitter Mobile RSS

Photo d’illustration.

« les seuls qui pâtissent d’un euro trop fort

sont principalement les expatriés

qui sont payés en euro »

Marc Touati  » Ne cachons pas notre satisfaction : nous l’avions annoncé il y a un an, l’euro est bien sous 1,05 dollar pour la fin 2016 ! Qui l’eut cru ? Il s’agit évidemment d’une bonne nouvelle pour la croissance eurolandaise, mais aussi pour l’ensemble des entreprises et des particuliers de la zone euro, à quelques exceptions près.

Car pour ceux qui auraient tendance à oublier qu’une devise surévaluée est dangereuse, rappelons que les vecteurs de transmission d’un euro trop fort sur l’économie sont au nombre de trois.

Premièrement, il augmente les prix des exportations, qui deviennent donc trop chères et finissent par reculer. Les entreprises exportatrices sont alors contraintes de réduire leur production, avec souvent des destructions d’emplois et de revenus à la clé.

Deuxièmement, un euro trop fort signifie que les prix des produits importés reculent. Si cette évolution peut être perçue comme un avantage, notamment pour les consommateurs nationaux, elle se traduit également par un effet pervers.

En effet, si les produits importés sont moins chers, les producteurs nationaux voient la compétitivité-prix de leurs produits diminuer à vue d’œil. Ils perdent donc des parts de marché, réduisent la voilure et licencient. Les revenus sont abaissés et la consommation avec.

Troisièmement, lorsque l’euro est trop cher, investir dans la zone euro depuis l’étranger devient très onéreux, tandis qu’investir à l’étranger devient meilleur marché pour un Eurolandais. Dès lors, les flux d’investissements étrangers vers l’UEM se tarissent et les flux d’investissements eurolandais à l’étranger augmentent, réduisant mécaniquement la croissance et l’emploi dans la zone euro.

Réciproquement, la baisse de l’euro produit les mêmes effets mais dans le bon sens : davantage d’exportations, plus de compétitivité des produits nationaux vis-à-vis des produits importés, donc plus de parts de marché pour les premiers et, enfin, plus d’investissements étrangers dans l’UEM et moins de fuite de capitaux à l’extérieur de cette dernière.

En fait, les seuls qui pâtissent d’un euro trop fort sont principalement les expatriés qui sont payés en euro et voient donc leur pouvoir d’achat à l’étranger fondre comme neige au soleil. De même, les touristes eurolandais qui souhaitent voyager à l’extérieur de la zone euro vont également trouver la note de plus en plus salée.

Enfin, les «importateurs incompressibles » (c’est-à-dire de produits qui ne sont plus fabriqués dans l’UEM) vont aussi payer plus cher et voir par là même leurs marges se réduire notablement.

Parallèlement, il ne faudrait pas non plus imaginer que la baisse de l’euro va transformer radicalement et profondément la donne économique des pays membres. L’atteinte d’un euro normal (c’est-à-dire 1,15 dollar, qui constitue le taux de change « naturel » en fonction des fondamentaux économiques) est effectivement une condition nécessaire mais pas suffisante pour relancer la croissance de manière forte et durable.

Et ce, pour trois raisons principales. Primo, les écarts de compétitivité-prix au sein de la zone euro demeurent importants. Le niveau de l’euro est effectivement le même pour tous les pays de l’UEM. Ainsi, une dépréciation de la monnaie ne peut profiter exclusivement à la France.

Dans ce contexte, la compétitivité-prix a plutôt trait aux différentiels de salaires et de fiscalité entre États de la zone euro. Et sur ce point, la France peut faire beaucoup mieux. Nous voyons là l’importance d’engager une véritable réforme de modernisation de nos structures économiques, que nous appelons « thérapie de choc ».

Secundo, la compétitivité dite hors prix peut affecter durablement le commerce extérieur français. Elle se rapporte à la qualité de la production et au caractère innovant des produits nationaux.

Or, en plein processus de désindustrialisation, il n’y a, a priori, aucune raison pour que la baisse de l’euro engendre une hausse relative de la qualité de la production hexagonale… Tertio, il ne faut pas oublier qu’une baisse de la devise ne produit ses premiers effets sur l’activité qu’environ six à neuf mois après avoir été enclenchée.

lorsque l’euro se déprécie de 10 %,

l’activité gagne 0,5 point

Au total, lorsque l’euro se déprécie de 10 %, la progression de l’activité gagne 0,5 point.

Et lorsqu’il passe sous 1,15 dollar, ce gain de croissance pour 10 % de dépréciation est quasiment doublé. Une baisse de l’euro de 1,15 à 1,04 dollar (comme cela s’est observé en 2016) rapportera environ 25 milliards d’euros à l’économie française, soit bien plus que les usines à gaz gouvernementales destinées à réduire les coûts qui pèsent sur les entreprises, sans d’ailleurs y parvenir véritablement.

La croissance en sortira donc renforcée et le chemin de la réduction du chômage, des déficits et de la dette sera enfin emprunté. De quoi redorer le blason de notre économie, renforçant par là même sa compétitivité et l’installant ainsi dans un cercle vertueux durable.

En conclusion : oui, la France et la zone euro ont besoin d’un euro moins fort. Ne l’oublions jamais : la dernière fois que la croissance a été forte dans l’Hexagone et dans l’UEM, c’était en 1999-2000, lorsque l’euro valait environ 0,90 dollar. À l’inverse, chaque fois que l’euro a dépassé 1,20 dollar, la croissance s’est effondrée.

Compte tenu du durcissement de la politique monétaire américaine et du statu quo durable de la BCE, l’euro devrait d’ailleurs rapidement retrouver une parité de 1 pour 1 avec le dollar. Attention cependant à ne pas aller trop loin, car un euro inférieur à un dollar pourrait également nuire à la crédibilité de l’UEM et susciter un mouvement de défiance à son égard.

C’est d’ailleurs ce qui risque de se passer si les élections néerlandaises de mars 2017, voire celles qui auront lieu en France au printemps relancent la crise de la zone euro. De plus, avec un euro trop faible, l’Allemagne pourrait de nouveau monter au créneau, aggravant le fossé qui la sépare de plus en plus de ses homologues.

Un euro trop faible pourrait donc devenir un nouveau signe de fracture au sein de l’UEM et raviver la crise existentielle de cette dernière. De quoi rappeler que la frontière entre le paradis et l’enfer est parfois bien mince ».

Marc Touati

Voir aussi : (Vidéo) Le krach boursier Américain, une perte colossale pour les investisseurs ( Marc Fiorentino )

 

Voir aussi : (Vidéo) C8 : Hanouna -TPMP jugé « un peu humiliant » par Patrick Poivre d’Arvor

+

la musique rend -elle les enfants intelligents ?

quels sont les cadeaux de Noël les plus revendus …sur Internet ?

+

Canal+ : pourquoi « Catherine et Liliane » n’ont pas rejoint Yann Barthès ? (TMC)

+

Kev Adams – Coup de gueule d’un journaliste contre un sketch sur les Asiatiques

 

 

Médias infos : : assurance vie, Marisol Touraine, Société, Docteur Fraudes Chirurgien esthétique, Économie, ABC, Monde, Docteur Fraudes, maquillage, NKM, Médias, assurance 3, Claire Chazal, Sports, Terre, chirurgie esthétique, clinique, Sciences, consommation, chirurgie esthétique, légal ,immobilier, Education Nationale, Débats, Culture, clinique 2, International, sémantique, Aréva, préjudices, génétique, Droit Internet, patients, CNRS,programmes TV, stars 2, euro,France, Publicis, Tourisme Banque, Droit Internet 2, Blog EL, Bourse, débouté, Sicav FCP, Livret A, Argent, Épargne, clinique 3, Poker, Crédit Immobilier, Tube 6, livres, Tube, tube 5, Festival de Cannes, Topfilms, Tube 2, patients, ACBM, Tube 3, Tube 4, avocats Internet publicité, publicité 2, pub 3, liberté d’expression, CEDH, Mediation, Mediation 2, référencement, acteurs,

Santé 8, stars , Santé 7, Nabilla, jurisprudences, Tribunal, Santé 1, médecins, avocats, absence 3, euro, Dernières Actualités, Interventions, Web, Refus , Rhinoplastie, animateurs tv, refus, Docteur Fraudes, Liposuccion, Top meilleurs, ACBM, Rhinoplastie 2, Chirurgie esthétique du ventre, conseils, Avis, Avis 2, Avis 3, avis 4, avis 5, avis 6, avis 7, Lifting du visage, beauté, Interview 4, Interview 5, Interview 6,Santé 8, tube 2.0 maquillage, stars , Santé 7, Tribunal, Santé 1, médecins, absence 3, Dernières Actualités, euro 2, Interventions, Web,Refus ,Droit Internet 2, absence 3, refus 2, expertises 2, TF1, avis 8, préjudice 2 , Vidéos,meilleurs, santé 4 , ACBM, Internet, meilleurs, consommation, meilleurs 3, , santé 5, Blog, , Débouté Droit Internet, audio, audio 2, TopFemmes, annonce légale moins cher, légal Expertis,Expertis 2,

COPYRIGHT ©2006-2016 © www.lemediascope.fr Tous droits réservés

Service Client Mentions légales Conditions générales d’utilisation Charte des commentaires Contacts Archives sujets en regions Boutique Régie Publicitaire

La fréquentation du MEDIASCOPE © www.lemediascope.fr est certifiée par l’OJD La fréquentation du site LEMEDIASCOPE.fr est certifiée par l’OJD

COPYRIGHT ©2006-2016 © www.lemediascope.fr Tous droits réservés

Service Client Mentions légales Conditions générales d’utilisation Charte des commentaires Contacts Archives sujets en regions Boutique Régie Publicitaire

La fréquentation du MEDIASCOPE © www.lemediascope.fr est certifiée par l’OJD La fréquentation du site LEMEDIASCOPE.fr est certifiée par l’OJD

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Partager :
 



Retrouvez lemediascope.fr sur :
Retrouvez-nous sur Facebook     Retrouvez-nous sur Twitter     Retrouvez notre flux RSS     Abonnez-vous pour recevoir nos articles par mail.    

opinionscope>>

Brigite Macron : Faut-il créer un statut de Première Dame ?

Chargement ... Chargement ...
Tous les sondages