Accueil

Médias

L'agence de communication MediaScope

Cinéma

Article précédent

Article suivant


« La philo en 50 chansons » « la philosophie soignante »sur des chansons populaires » Thierry AYMES ( Interview)

AMEDEEFThierry  Aymes qui a été professeur de philosophie dès 1994, a récemment publié le livre « La philo en 50 chansons » dont plusieurs médias se sont longuement fait l‘écho en soulignant l’originalité de cette démarche peu courante visant à aborder la philosophie.

Le Médiascope
: Pouvez-vous nous présenter votre dernier livre « La philo 50 en chansons » paru dernièrement aux  Editions de l’Opportun ?

Thierry Aymès : ce livre n’est pas exactement le dernier et qu’une nouvelle philosophique : « Onze heures cinquante-neuf » vient de sortir aux Editions Alternatives Edilivre basées dans le 93 (neuf-trois).

Mon choix a été un choix politique dans la mesure où, très originale de par sa forme, j’ai immédiatement eu la conviction que ma nouvelle n’aurait probablement pas intéressé les maisons d’édition dites « classiques » et principalement soucieuses de « rentabilité ».

Sans perdre de temps donc, je me suis adressé à cette maison d’édition « différente » et fais exister mon ouvrage que l’on peut commander dans toutes les bonnes librairies ainsi que sur le Net. (lol)

Cela étant dit, j’ai tout d’abord fait la rencontre en 1984 d’un certain Jean Musy (arrangeur célèbre des années 70) alors que j’étudiais la philosophie à la faculté de Montpellier 3 et me suis retrouvé en un rien de temps dans un studio à travailler avec les musiciens de Michel Jonasz pour signer très vite chez Ariola, puis BMG, Vogue etc.

Mon travail a rencontré un succès d’estime (télés nationales et régionales, Midem), mais un concours de circonstance fâcheux a progressivement fait que je les choses n’ont finalement pas abouti.

Le Médiascope : Vous êtes donc musicien ?

Thierry Aymès : Je pense pouvoir dire que je le suis oui. Et vous savez quoi ? A cette époque, j’avais un attaché de presse qui n’était autre que…Monsieur Pascal Nègre himself.( Patron de Universal Music depuis : NDLR )

En dépit d’un changement radical de direction, en 2002, j’ai quand même réalisé un album d’éléctro-jazz avec des invités de renom comme Louis Winsberg, Dominique di Piazza, Magic Malik etc et en 2009 je me suis lancé dans la production d’un CD particulier : « Philosong ».

Une antisèche musicale permettant aux élèves de terminales de réviser leur philo en rap, reggae, trip hop, techno, slam, pop rock etc.

A cette occasion, j’ai d’ailleurs été invité au Grand Journal de Canal +, ainsi qu’à la journée mondiale de la philosophie organisée par l’UNESCO. Tous les médias en ont parlé. Mais bon…le piratage a eu ma peau (rires).

  » C’est  de ++La maladie d’amour++ de Michel Sardou

que m’est venue  l’idée de ce livre .

Je venais de lire Sénèque et  cette chanson me permettait

d’évoquer ce philosophe stoïcien du 1ier siècle après J-C « 

Le Médiascope : Vous aviez déjà le souci de populariser la philosophie, de la rendre moins intimidante, plus accessible ?

Thierry Aymès : Dès que je suis devenu prof de philo, en 1994, après avoir vécu ce parcours quelque peu éprouvant dans le monde du showbiz, mon projet a été de tenter de populariser la philo oui. J’ai d’ailleurs écrit un premier livre en 1997.

« Vous êtes philosophe sans le savoir » ( publié aux Editions 3 Fontaines) , qui connut un joli succès et qui pourrait être réédité. J’y faisais apparaître le fond philosophique des expressions les plus ordinaires.
Le Médiascope : Vous avez cependant récemment quitté l’Education Nationale.

Thierry Aymès : C’est exact. J’ai pris cette décision en décembre 2012. Réduire la philo à n’être qu’un exercice dissertatif formaté et préparer les élèves au baccalauréat.

Quand on sait que la moyenne nationale se situe aux alentours de 9 dans cette discipline a fini par me lasser et j’ai décidé de vivre la philosophie autrement en ouvrant un cabinet de philosophie « soignante » à côté de saint Rémy-de-Provence, de travailler en tant qu’intervenant à la maison centrale d’Arles, au centre de détention de Salon-de-Provence, d’organiser des goûters et des apéros philosophiques hebdomadaires dans mon mas familial et…d’écrire. Ma nouvelle situation est plus anxiogène, mais la liberté est peut-être à ce prix.

Le Médiascope : Vous travaillez donc en prison avec des détenus longues durées (Arles), ainsi qu’avec des délinquants sexuels (Salon 40% de la population carcérale salonaise). Ce doit être une expérience forte et enrichissante.

Thierry Aymès : En effet oui, j’y anime chaque semaine des cafés-philo avec des volontaires qui peuvent venir de tous horizons : Al qaïda, mafia, grand banditisme international, braquages, viols etc. « Rien de ce qui est humain, je crois, ne m’est étranger » écrivait Térence (poète latin du deuxième siècle avant le Christ).

Le Médiascope : Et vous parvenez à les sensibiliser à cette posture particulière qu’est la philosophie ?

Thierry Aymès : Vous avez à mon sens raison de dire que la philosophie est une posture. Elle est plus une posture qu’une discipline à proprement parler.

Kant écrivait au XVIIIième siècle : « On n’apprend pas la philosophie, on apprend qu’à philosopher ». Il s’agit pour moi d’amener chacun des détenus à se positionner différemment face au monde.

Je fais principalement de la philosophie dite « morale » avec eux. Non pas que je leur face la morale, non ; mais je leur fais entendre une voix, celle de la raison, du questionnement, en tentant, pour certains d’entre eux, de leur faire entrevoir un au-delà de leurs représentations et de leurs convictions.

Le Médiascope : Etesvous confronté à des des réticences de la part de certains détenus intégristes hermétiques à d’autres courant de philosophies que la leur ?

Thierry Aymès : C’est même probablement une tâche quasi-impossible. Je précise que ce serait sans doute aussi désespéré avec des intégristes chrétiens ou juifs. Quand on pense avoir trouvé la vérité, il ne reste plus qu’un objectif, celui de l’imposer aux autres, et le philosophe ne fait selon moi que donner les outils pour remettre un questionnement en route, pour revivifier, « re-virginiser » le regard que l’on porte sur les choses.

Il y a du nomadisme dans la philosophie, ce qui ne veut pas dire que le philosophe n’a aucun endroit où se reposer, mais le questionnement est son grand dada. L’enfermement dans une réponse, dans une psychorigidité est à mon sens mortifère. Idéalement, le philosophe, le sage doit être sans idée (allusion faite au titre d’un livre du sinologue François Jullien).

Le Médiascope : Vous dites faire de la philosophie « soignante ». Expliquez-vous ?

Thierry Aymès : Je crois savoir que l’une des préoccupations premières des philosophes a été de donner aux humains des outils pour se garantir un chemin vers plus de bonheur, jusqu’à l’ataraxie selon certains (la paix de l’âme).

A leur manière, ils sont originellement des thérapeutes et, quand le philosophe américano-canadien Lou Marinoff en 1999 publia « Moins de Prozac, plus de Platon » (Plato, not Prozac), il ne fit que nous rappeler à l’une de ses vocations fondamentales.

Je crois personnellement à la vertu « soignante » de la philosophie et pense que l’on peut encore soigner en profondeur en faisant encore de nos jours l’économie de la théorie freudienne de l’inconscient que je connais par ailleurs. Difficile de ne pas la connaître de nos jours…

Le Médiascope : Votre dernier ouvrage établit un pont entre une chanson de variété et un point doctrinal de la pensée d’un philosophe. Comment y parvenez-vous ?

Thierry Aymès : Si je ne le pensais pas, je ne me serais pas lancé dans cette aventure. 424 pages en 10 semaines…Je m’en serais passé (lol).
Je crois en effet que la pensée des philosophes les plus renommés s’est sédimentée un peu partout et notamment dans cet art que Gainsbourg considérait comme « mineur », à tort selon moi.

A ma connaissance, les philosophes ne s’y sont que très peu intéressés.

C’est en attendant « La maladie d’amour » de Michel Sardou que l’idée de ce livre est venue à mon esprit. Je venais de lire Sénèque et de toute évidence, cette chanson me permettait d’évoquer ce philosophe stoïcien du 1ier siècle après J-C, même si sa chute est assez peu dans l’esprit du stoïcisme puisqu’on peut entendre : « Mais le plus douloureux, c’est quand on en guérit. ».


Le Médiascope :
D’accord pour Sardou, mais Ophélie Winter, tout de même ! La mettre en relation avec saint Augustin… (des chansons de Jenifer, Matt Pokora, Amel Bent sont égleaement prises en référence par l’auteur pour y faire un parallèle avec des pensées philosophiques)

Thierry Aymès : J’avoue que j’y suis allé volontairement un peu fort, mais…D’une part, j’ai adoré cette chanson lorsqu’elle retentit sur les ondes en 1995 et d’autre part, elle est la preuve éclatante qu’à notre insu, nous trimbalons jusque dans nos chansons les plus « sexies » des théories qui furent d’abord forgées par des penseurs ou, en l’occurrence, par des docteurs de l’Église.

Après saint Paul qui en parle déjà dans son Epître aux Romains, Saint Augustin au IVième siècle après J-C, mit l’accent sur la notion de « grâce » et avec d’autres affirma que Dieu parlait le premier ; sans la grâce, l’homme est tout simplement impuissant à se sauver.

Lorsque Ophélaï chante que Dieu lui a donné la foi, sans le savoir (peut-être, je ne la connais pas), elle sous-entend qu’au même titre qu’on ne décide pas de « tomber amoureux », on ne choisit d’avoir la foi.
On la reçoit ou pas. Ce faisant, elle défend, un point de vue augustinien ; elle croit parce que Dieu s’est révélé à elle et non parce qu’elle a intellectuellement déduit son existence.

Le Médiascope:
Quel rapport phiosophique entre le chanteur de variétés Bézu et son titre « à la queue-leu-leu » et Friedrich Nietzsche ? n’est-ce pas « capilotracté » ?

Thierry Aymès : Ce texte est sans aucun doute mon préféré. Dès que j’en ai eu l’idée, j’ai été saisi par une jubilation irrépressible. Bien sûr, j’aurais pu prendre n’importe qu’elle autre chanson à boire et à danser (sans trop de subtilité), mais celle-ci était celle que j’aimais le moins et, j’aime les défis.

Chaque fête est une occasion pour la vitalité dionysiaque de s’exprimer, bien qu’elle soit canalisée dans des chorégraphies la plupart du temps sommaires et dans une gestuelle « étudiée pour » que même un être humain proche du coma éthylique peut effectuer.

Ce qui était intéressant, c’était de montrer la pertinence de la pensée nietzschéenne dont les beuveries et les liesses populaires sont la manifestation la plus indiscutable. Ce que nous tenons tant bien que mal à fond de cale surgit dans ces moments-là et permet aux pauvres personnes que nous sommes de se dé-civiliser quelque peu et ainsi ne pas risquer l’implosion. Au fond, la fête est violente et Nietzsche l’a tout à fait noté. Je vous invite à lire ce texte en priorité.

Le Médiascope : avez-vous d’autres projets dans ce style ?

Thierry Aymès : Oui, j’en ai effectivement plusieurs, mais j’attends que des éditeurs me donnent le feu vert pour m’y coller entièrement ; écrire sans savoir si l’on sera édité, c’est bof bof…Mais j’ai d’autres concepts intéressants dans le style, c’est certain.

« La philo 50 en chansons » par Thierry Haymes est paru dernièrement aux  Editions de l’Opportun.

molieres-2014-presente-par-nicolas-bedos/ »>(Vidéo) France 2 : Audience Molières 2014 présenté par Nicolas Bedos

(Vidéo) Hollande n’ira pas au bout de son mandat selon Bayrou «On ne peut pas durer trois ans comme ça»

Europe 1 « J’ai été virée en 4 minutes » (Anne Roumanoff )


+

(Vidéo) Un enfant sauvé par un chat… de la gueule d’un chien

Copé à Marine Le Pen « Si Hollande est au pouvoir c’est parce que -le FN- a appelé à voter contre N. Sarkozy »

( Vidéo) Canal + : « Le Président qui voulait vivre ses vies » le livre qui fait beaucoup parler ( Petit Journal)

 

Médias Infos : Actualités, Argent, A la Une, Éditos, Blog, Voyages, Edition abonnés, faits divers, Second Life, interviews, santé, Commerce, Europe, OMC, Commerce, Politiques, Société, ABC, Monde, Économie, Médias, Sports, Terre, chirurgie esthétique, clinique, Sciences, Assurance Vie 1, chirurgie esthétique, immobilier, Education Nationale, Débats, Culture, sémantique, préjudices, Assurance vie 2 , Terres rares, patients, CNRS, programmes TV, euro, France, Banque, Blog EL, Bourse,  débouté, Sicav FCP, Livret A, Épargne, Assurance Vie 3, Poker, Crédit Immobilier,  Festival de Cannes, International, assurance vie 4 , stats économiques, indices économiques, santé

Chirurgie esthétique Infos : Augmentation mammaire,absence certificats, Rhinoplastie, refus, Liposuccion,  Top meilleurs, Chirurgie esthétique du ventre, conseils, Lifting du visage, beauté, fautes, maquillage,  Photos, stars , Le botox, jurisprudences, Tribunal, procédures, médecins, Dernières Actualités, InterventionsWeb, Photos, Refus Témoignages, refus 2, expertises 2préjudice 2 , Vidéos, sanctions, sanctions 2 meilleurs,  Equipe, Internetmeilleurs, Tarifs, Blog,  expertises, galery, Droit Internet

Partager :

Tags: , , , , , , , , , , , , ,

Partager :
 



Retrouvez lemediascope.fr sur :
Retrouvez-nous sur Facebook     Retrouvez-nous sur Twitter     Retrouvez notre flux RSS     Abonnez-vous pour recevoir nos articles par mail.    

L'actu>>

(Vidéo) Discours Macron : suffira-t-il à mettre fin à la crise des « gilets jaunes » ? ( hausse de 100 euros du Smic, baisse de CSG…)
«Gilets jaunes» Bordeaux : Un manifestant perd un œil dans les affrontements – un autre a eu la main arrachée par une grenade
TF1 audience « Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? » / M6  » Zone Interdite »/ France 5 « A consumer avec modération »
Débat Marine Le Pen face à Macron « J’étais très fatiguée… » ( entre-deux-tours de l’élection)
« Gilets jaunes » : Pourquoi Macron a t-il recadré Benjamin Griveaux ? les audiences tv sont-elles boostées par les « gilets jaunes » ?
gilet jaune  » en mai 68 Il était inconcevable de piller ou mettre le feu à des habitations » ( Henri Weber )
TF1 audience  » L’Étrange Noël de Jeff Panacloc » devancé par France 3 / « Téléthon 2018 – La grande fête » sous les 7% ( Nagui -Sophie Davant )
Gilets Jaune : Macron réagit après l’acte 4 ( samedi 8 décembre)
« Gilets jaunes » : Trump ironise sur les accords de Paris «Les gens ne veulent pas payer » ( pour le Climat )
Média : pourquoi le PSG qualifie «L’Equipe» de….. « média de désinformation » ?
Xavier Niel (Free) défend Macron « On a un super président qui fait des lois formidables! »
(Vidéo) « Gilets jaunes » acte 4 : 115.000 manifestants en France ( 89.000 forces de l’ordre mobilisées )
Franck Dubosc ne soutient plus les «gilets jaunes», « c’est du passé, monsieur»
TF1 audience finale « The Voice Kids 2018  » ( en baisse) / »Téléthon 2018 : ( Sophie Davant – Cyril Féraud ) ( très faible sur France 3 )
Castaner porte plainte contre Dupont Aignan après ses propos dans « Quotidien » (TMC)
(Vidéo) Blocage des lycées à Grenoble: Une lycéenne «défigurée» par un tir de lanceur de balle de défense «J’avais un grand trou dans le menton »…
Le choc d’images de lycéens à genoux interpellés par la police (Mantes-la-Jolie) – Réaction du ministre ( Blanquer)
TF1 audience « Balthazar » ( Tomer Sisley ) / M6  » « Papa ou maman  » /  » Orelsan le Concert évènement » (TMC)
TF1 audience Edouard Philippe ( 20h) / France 2 ( 20h) /  » Le 20h Le Mag » ( au plus haut) / TPMP ( Nolwenn Leroy)
(vidéo)  » Macron a été élu par défaut » (une gilet jaune)

opinionscope>>

Macron : a t-il eu raison de vouloir rendre hommage à Pétain ?

Chargement ... Chargement ...
Tous les sondages